Partagez cet article !

Les services communication interne et RH nous ont beaucoup fait part de cette nouvelle problématique ; comment engager les Millennials ? La nouvelle génération entrante sur le marché du travail est globalement très pessimiste par rapport à ses aînées. Une enquête Domplus-BVA-La Tribune zoome sur ces nouveaux profils du monde du travail.

UN MONDE DU TRAVAIL EN CRISE

Les Millennials sont une génération de jeunes qui arrivent sur un marché du travail en crise, bousculé ; qui laisse ces futurs salariés perplexes et pessimistes concernant leur avenir professionnel.

Aujourd’hui, les offres d’emplois et les conditions de travail ne sont pas à la hauteur de ce qu’ils recherchent et imaginent. Le chômage, la crise économique, le peu d’opportunité de carrières ne facilitent pas leurs entrées et créent une certaine réticence.

L’aspect le plus important engager les Millennials est l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Afin de mener une existence plus saine, et pour l’instant cette attente n’est pas respectée.

LES JEUNES SONT PRÉOCCUPÉS PAR LEUR CARRIÈRE 

86% des moins de 35 ans sont préoccupés par leurs ressources financières et 80 % par leurs carrières. 82% pensent qu’il est difficile de réussir leurs carrières. Seulement 58% d’entre eux sont optimistes concernant leur avenir professionnel. Ces chiffres alarmants doivent faire réagir les entreprises pour accueillir au mieux les collaborateurs, managers et cadres de demain.

En conséquence, les jeunes sont moins satisfaits par leur vie professionnelle que les générations d’avant (64% contre 80% pour les aînés).

UNE VISION DU TRAVAIL DIFFÉRENTE 

Pour 75% des jeunes interrogés, il est primordial d’exercer une activité professionnelle qui les passionne.

En effet, ils n’ont plus la même vision du travail qu’avant et ne s’engagent pas de la même façon. Ils sont en quête de sens et refusent d’effectuer des tâches industrialisées. Ils préfèrent mener des projets que d’effectuer des missions sur le long terme.

Pourtant, dans une autre étude menée pour Domplus ; 58% des jeunes salariés estimaient que travailler représentait avant tout une source d’épanouissement personnel. La mission des employeurs est donc de redynamiser les postes pour que ces employés de demain puissent trouver une plénitude professionnelle.

LE SALAIRE EST UN ÉLÉMENT IMPORTANT !

On entend beaucoup que le salaire importe moins la nouvelle génération que le bien-être au travail. Certes, c’est un point moins important pour les jeunes salariés que leur aînés. Mais ce n’est pas non plus un point qu’ils négligent lorsqu’ils sont à la recherche d’un poste. Aussi, le milieu social influence beaucoup sur la vision du travail. En effet, pour engager les Millennials ayant un niveau de qualification moins élevé, le salaire reste l’élément le plus important.

L’ÉQUILIBRE VIE PROFESSIONNELLE, VIE PERSONNELLE EST ESSENTIELLE

Pour eux, il est très important de distinguer vie professionnelle et privée afin de préserver au mieux leur vie personnelle.

56% des jeunes jugent qu’il est difficile aujourd’hui de séparer les deux. Ils sont 54% à effectuer des tâches personnelles pendant leur travail. Et à l’inverse, 45% à effectuer des tâches professionnelles pendant leurs jours de repos.

La frontière est toujours trop floue. Pour 88% des interrogés, il est indispensable d’établir une frontière entre les deux. De plus, avec la mise en place du travail à distance, cette différenciation devient plus étroite car la maison devient le bureau. Cela permet en revanche de s’occuper de tâches personnelles aux heures de travail, ce qui facilite la vie de beaucoup de personne, et maintient cet équilibre pro/perso.

L’ENTREPRISE DOIT S’ADAPTER À LEUR ATTENTES

Les jeunes salariés souhaitent que les entreprises s’adaptent davantage à leur vie personnelle (84% des millennials souhaitent ce changement).

« Pour beaucoup d’entreprises, la considération de la vie privée des salariés n’est pas encore comprise comme faisant partie intégrante de leur mission. »

« La mutuelle, la prévoyance, les avantages sociaux et autres tickets restaurants par exemple, sont des points sur lesquels les salariés se questionnent et auxquels ils portent beaucoup d’importance. Pour ces publics, que l’entreprise traite ainsi de ce qui est du domaine privé, cela paraît normal, c’est complètement intériorisé. »

Un décalage entre employeurs et employés qui peut s’expliquer, selon Arnaud Vallin, par le caractère récent de la séparation vie privée/vie professionnelle. « Avant il y avait une distinction forte entre le lieu de vie et le lieu de l’exercice d’une profession ».

 

Aujourd’hui, la tendance semble donc s’inverser pour cette génération de travailleurs qui a obligé les entreprises et les dirigeants à revoir leurs systèmes de management. La transformation est en cours mais, engager les Millennials prendra plusieurs années.

 


Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *