Partagez cet article !

Votre entreprise dispose très certainement d’un écosystème d’outils vous permettant de collaborer et de communiquer. Mais disposez-vous d’un outil d’intelligence collective ? Et puis d’abord, qu’est-ce que c’est un outil d’intelligence collective, et comment l’utiliser pour stimuler l’engagement collaborateur ?

 

Un outil d’intelligence collective pour compléter les outils top-down

Vous disposez très certainement d’un écosystème de communication interne dit top-down. S’il est vrai que ces outils sont accessibles à tous, peu de collaborateurs ont l’occasion de l’animer. Autrement dit, d’en être des acteurs. L’usage reste essentiellement de l’ordre de la consultation : les responsables de services publient, les collaborateurs s’informent. Ainsi, l’échange se fait à sens unique. Vous avez donc besoin d’outils de communication transversale…

 

Un outil d’intelligence collective n’est pas un réseau social d’entreprise

À ce stade, vous vous dîtes certainement que vous avez déjà des outils collaboratifs ou bottom-up. Comme par exemple, un réseau social d’entreprise. En effet, cela fait quelques années que les « Facebook internes » fleurissent dans nos organisation. Si, dans un premier temps, ces nouveaux outils ont fait la tendance, de nombreux témoignages ont fini par conclure à un échec des réseaux sociaux d’entreprise. Pourquoi ? Pour deux raisons. D’abord, parce que le déploiement de tels outils n’est pas suffisamment accompagné. Et pour cause, puisque – 2ème raison – puisque la conversation y est souvent présentée comme fin en soi. En d’autres termes, on demande aux collaborateurs « Allez, partagez ! » mais ils ne savent pas ce qu’ils doivent partager, ni à quelles fins. Bref, la conversation n’a pas d’autre sens qu’elle-même. Pas toujours facile de générer un grand engagement des collaborateurs dans ces conditions !

À l’inverse, un outil d’intelligence collective porte naturellement un sens : celui du décloisonnement des compétences, des talents et des idées, pour permettre aux collaborateurs de grandir tous ensemble. Il génère donc un fort engagement collaborateur envers l’entreprise grâce à une promesse : si vous participez à cette culture du partage, et que vous vous impliquez dans l’entreprise, vous serez non seulement valorisés, mais en plus, vous monterez en compétences, et vous serez meilleurs pour faire votre job.

 

Que dois-je attendre d’un outil d’intelligence collective ?

Pour être complet, donner du sens et stimuler l’engagement collaborateur, un outil d’intelligence collective doit intégrer 4 dimensions :

  • Il doit faciliter le partage de compétences. Le décloisonnement des compétences et des savoir-faire est clé pour permettre aux collaborateurs d’être meilleurs dans leur travail
  • Il doit encourager le feedback et la communication transversale. La culture du feedback permet à tous de grandir : à celui qui donne son feedback comme à celui qui le reçoit. De plus, chacun doit être en mesure de pouvoir poser des questions, partager ses difficultés et recevoir de l’aide de ses pairs.
  • Il doit permettre à de nouvelles idées d’émerger. Il serait dommage de faire circuler l’intelligence pour ne rien en tirer ! Vous l’aurez compris, l’intelligence collective mène naturellement à l’innovation collaborative.
  • Il doit être accompagné d’une méthode, et d’un accompagnement dans la transformation. Car l’intelligence collective est affaire de culture d’entreprise. Et transformer la culture (vers une culture plus apprenante et innovante) demande de la méthode et de l’accompagnement.

 

Vous aimeriez voir un outil d’intelligence collective en action ?

Contacter Beeshake


Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *