Quand les entreprises se transforment, les cultures changent…et rencontrent la résistance au changement. Car justement, on oublie souvent la culture. Les directions veulent aller vite, et mettre en place immédiatement les outils qui les rendront plus digitales, plus agiles et plus performantes. Or aller vite, c’est possible, mais il faut une stratégie et une méthode pour engager les collaborateurs dès le début du processus.

Car les équipes peuvent craindre le changement : il est déstabilisant, stressant, et prend du temps. C’est pourquoi le changement doit s’accompagner. Technologiquement, certes, mais aussi humainement. Il convient d’anticiper la résistance au changement, de la comprendre, afin de mettre en place les conditions du succès d’un changement de culture pérenne et efficace dans votre entreprise.

Pour contrer la résistance au changement, commençons par comprendre ses mécanismes. Voici les 12 raisons de résistance au changement, listées par le site @meliorate :

  1. Une mauvaise compréhension du sens du changement – Si les collaborateurs ne comprennent pas les raisons du changement, vous pouvez vous attendre à des résistances. D’autant plus lorsque des personnes considèrent le modèle en place comme efficace, et ce depuis plus de 20 ans !
  2. La peur de l’inconnu – C’est la raison la plus courante de la résistance au changement. Pour faire en sorte que vos équipes aillent de l’avant et changent leurs habitudes, mieux vaut qu’elles sentent que ce qui est vraiment dangereux, c’est de ne rien changer.
  3. Le manque de compétences – Toute transformation, qu’elle soit organisationnelle, digitale, managériale, etc. nécessite une évolution dans les compétences, et tout le monde ne s’en sent pas capable. Pensez à mettre en place un programme d’acculturation afin de mettre tout vos collaborateurs à la page, pour que tout le monde « parle la même langue ».
  4. La relation personnelle de chacun avec les anciennes manières de faire.
  5. Le manque de confiance – Car les collaborateurs ne croient pas toujours en la capacité de l’entreprise à réussir le changement.
  6. La conviction d’une mode passagère – Quand les équipes voient la volonté de transformer comme une mode, une tendance qui ne tardera pas à passer.
  7. L’absence de consultation – Les individus résistent moins au changement quand ils y participent. Les collaborateurs aiment savoir et comprendre ce qu’il se passe. D’autant plus si leurs missions sont affectées par la transformation. Il est donc indispensable de les impliquer, de leur demander leur feedback, de réaliser des enquêtes, etc.
  8. Une mauvaise communication – Car mieux vaut communiquer un peu trop, que pas assez…
  9. La rupture de la routine – Nous aimons notre zone de confort. Elle est sécurisante. La résistance au changement représente donc un comportement naturel devant une mise en danger.
  10. La saturation – Ne prenez pas le fait de se conformer aux règles pour de l’acceptation. Et ne prenez pas l’acceptation pour de l’engagement. Parfois, les collaborateurs saturent face aux changements incessants, et se résignent. S’ils acceptent de se conformer à vos demandes, ils ne sont donc pas motivés pour autant.
  11. Le changement de statu quo – La résistance au changement peut venir d’une perception relative du changement. Si l’on considère que le changement amènera à une situation dégradée, ou s’il nous fera perdre nos avantages, alors il va engendrer du ressentiment et un vrai manque d’engagement.
  12. L’absence de récompense – Quand les bénéfices et les récompenses pour soutenir le changement ne sont pas perçus comme aussi avantageux que les difficultés à surmonter.

 

Beeshake - méthode contre la résistance au changement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *