Partagez cet article !

Comment donner un cadre à l’innovation participative dans votre organisation ? Quelles étapes faut-il définir ? Le processus d’innovation participative dépend en fait de la nature des innovations proposées.

En effet, certaines initiatives seront faciles à mettre en place. Il s’agit généralement de « petites » pratiques du quotidien dont le bénéfice est évident pour tous. C’est ce que nous avons appelé des Quick Wins (*). À l’inverse, vos collaborateurs peuvent aussi proposer des innovations profondes, structurantes. Ces innovations pourront faire l’objet de débats, et nécessiteront plus de temps et d’étapes pour émerger.

Le processus d’innovation participative : les Quick Wins

infographie processus d'innovation participative

En ce qui concerne les Quick Wins, le processus d’innovation participative est généralement assez rapide. Ce processus suit 3 grandes étapes :

  1. Une rapide évaluation suffit généralement à valider l’initiative. Celle-ci est approuvée par le manager de l’innovateur, par un comité de sélection, ou encore au travers de l’appui unanime des collaborateurs.
  2. Le déploiement d’un Quick Win doit être rapide. Il peut se faire grâce à un kit de démultiplication mis à disposition de tous, et facile à appliquer.
  3. Il ne reste qu’à mesurer l’efficacité de l’innovation, en sondant ceux qui ont utilisé le kit de démultiplication : ont-ils constaté les résultats attendus ?

Le processus d’innovation participative : les innovations profondes

Le processus d’innovation est naturellement plus long et complexe lorsque l’innovation apporte un changement profond, et qu’elle nécessite du budget pour se développer. 4 étapes permettent de voir émerger ce type d’innovation :

  1. Les collaborateurs proposent leurs idées. Celles-ci sont alors pré-sélectionnées, classées et notées par un comité dédié. Ainsi, seules les idées les plus pertinentes pour votre organisation émergent.
  2. Les collaborateurs choisissent ensuite de soutenir leurs idées préférées, par exemple par le moyen du vote. De cette manière même s’ils ne proposent pas d’idée, ils participent à la dynamique collaborative de l’innovation.
  3. Un comité de direction évalue ensuite les innovations ayant remporté le plus d’adhésion. Il choisit alors celles qui devront être développées concrètement sur le terrain.
  4. La dernière phase est un temps de promotion et de suivi. Les innovateurs se voient remettre un kit de communication, pour les aider à promouvoir leur idée. Ils sont ensuite accompagnés depuis le prototyping jusqu’à l’industrialisation de leur innovation.

 

91% des collaborateurs se sentiraient plus motivés grâce à l'innovation collaborative


Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *