L’intrapreneuriat est un ensemble de méthodes et de processus par lesquels une personne vient à entreprendre au sein même de son entreprise. Comme son nom l’indique, il s’agit donc d’entrepreneuriat en interne. Ainsi, un intrapreneur est à la fois un salarié et un entrepreneur qui développe un projet pertinent pour son organisation.

Bannière - 24 bonnes pratiques de l'intelligence collective

Exemple d’intrapreneuriat

Pour vous donner un exemple, nous avons sélectionné un article du site Innovation Management nous parlant de l’entreprise agroalimentaire américaine Simplot. Spécialiste de la pomme de terre, Simplot est devenu, dans les années 70, le plus gros fournisseur de McDonald’s. Et en 2005, l’entreprise américaine fournissait plus de la moitié des frites pour la chaîne de fast food partout dans le monde.

Comment Simplot est-elle devenue l’une des plus grandes entreprises privées à travers le monde ? Grâce à une innovation : la pomme de terre déshydratée, devenue ensuite la frite surgelée. Cette idée, ce n’est pas Jack Simplot – fondateur de l’entreprise – qui l’a eue, mais des collaborateurs du terrain. En effet, la philosophie de Jack Simplot a toujours été de se concentrer sur le recrutement de personnes talentueuses. Car confrontés aux problèmes du terrain, les collaborateurs ont des idées de solutions qu’il est indispensable d’écouter. Encore aujourd’hui, l’entreprise mise donc sur le recrutement de talents, et la formation de ces nouvelles recrues aux méthodes de l’innovation participative. Les collaborateurs ainsi formés pourront ensuite développer des projets d’intrapreneuriat si leurs idées et initiatives s’avèrent pertinentes.

Ce qui est formidable avec l’innovation participative et l’intrapreneuriat, c’est qu’ils font naître des solutions innovantes. Et parfois, avant que ces solutions n’existent, vous ne savez même pas que vous en avez besoin. De plus, ces méthodes permettent de remettre l’humain au centre et de valoriser les collaborateurs.

L’intrapreneuriat commence par la proposition d’idées

Tout le monde n’est pas prêt pour l’intrapreneuriat. Car tout le monde n’est pas un intrapreneur dans l’âme. En effet, l’intrapreneur ne s’arrête pas à la simple proposition d’une solution ou d’une idée. Il la développe étape après étape : du prototyping, au test à plus grande échelle, et enfin à l’industrialisation. L’entrepreneur est donc confronté à des challenges pour lesquels il faut être prêt et motivé.

En revanche, si certains collaborateurs ne se sentent pas intrapreneurs, ils ont pourtant des idées ! Et ces idées, il faut les écouter. De la boite à idées à la plateforme d’innovation participative, libre à vous de choisir la forme que ce dispositif va prendre. Mais ce qui est certain, c’est que c’est celui qui fait qui sait. Autrement dit, le collaborateur confronté à un irritant sur le terrain est la personne la plus à même d’identifier cet irritant, et de trouver la solution pour le résoudre.

[LIRE AUSSI : Checklist avant de lancer une plateforme d’innovation participative]

Une fois que vous aurez mis en place un dispositif pour écouter vos collaborateurs, ceux-ci pourront constituer des équipes projets pour appliquer les idées proposées et se lancer concrètement dans l’intrapreneuriat.

Les compétences requises pour l’intrapreneuriat

Pour que vos collaborateurs puissent imaginer et surtout développer des idées bénéfiques à votre entreprises, ils doivent commencer par développer certaines compétences clés.

Savoir identifier des irritants

L’intrapreneuriat commence par l’identification de problèmes. Il faut ensuite comprendre le problème et son fonctionnement. L’intrapreneur doit aussi comprendre les personnes qui gravitent autour de ce problème. Le design thinking fait partie des méthodes permettant de mieux s’approprier les irritants. Ces méthodes permettent de définir ce qui doit être fait (dans l’organisation ou au sein d’une équipe) et de comprendre pourquoi. Jusqu’à identifier et cerner les irritants qui empêchent le travail d’être fait au mieux.

Avoir le sens du business

Beaucoup d’intrapreneurs ont de bonnes, voire de très bonnes idées. Mais ils ne savent pas toujours les présenter, ni expliquer leur valeur ajoutée de manière convaincante. Des méthodes comme le business canva ou l’analyse SWOT peuvent les aider à mieux articuler leurs proposition. N’hésitez pas à former vos collaborateurs à ces méthodes, et à laisser des templates à remplir à leur disposition.

Être à l’aise pour présenter

L’intrapreneuriat implique de savoir pitcher son idée. En effet, les intrapreneurs sont souvent amenés à expliquer leur projet. Or, une belle présentation – au niveau esthétique comme pédagogique – peut faire toute la différence.

Avoir une bonne capacité à prototyper

La phase de prototypage peut être enclenchée de plusieurs façons. Par exemple lors d’un hackaton s’il s’agit d’avancer dans le développement d’un produit. Tout dépend de la nature du projet. Nous vous conseillons d’organiser un webinaire à destination de vos collaborateurs, afin de leur expliquer les différentes méthodes de prototypage, les différentes méthodes de calcul du ROI, etc. En d’autres termes, il s’agit de leur expliquer comment généraliser une innovation, et comment mesurer son succès.


Beeshake plateforme d'innovation participative