L’intelligence collective est phygitale. Mais qu’est ce que cela peut bien signifier ? Cet article vous explique en quoi l’intelligence collective a besoin de rituels, et pourquoi ces rituels ne peuvent être que physiques ET digitaux.

L’intelligence collective a besoin de rituels

Vous souhaitez libérer l’intelligence collective dans votre organisation ? En tant que facilitateur, votre rôle est de créer du lien entre les individus. Et pour créer du lien, quoi de mieux que des événements ? Les événements sont en effet des rituels qui rythment la transformation d’une organisation. Ils sont essentiels pour accompagner les collaborateurs vers un changement d’état d’esprit, ou d’usages. Il peut s’agir de déjeuners, de séminaires, de workshops ou d’ateliers de design thinking, etc.

Le problème, c’est qu’il devient de plus en plus difficile de créer du lien dans des entreprises explosées géographiquement. Et il n’est (heureusement !) plus toléré d’exclure une partie des collaborateurs de la vie d’une organisation sous prétexte qu’ils sont éloignés géographiquement, ou qu’ils n’ont pas d’ordinateur professionnel. C’est là qu’une approche phygitale peut vous aider.

Le phygital, c’est une alliance entre le monde physique et le monde digital. Plus précisément, il s’agit de renforcer les actions digitales par des actions physiques, et les actions physiques par des actions digitales. De cette manière, il est plus facile de ne pas perdre la connexion, ou le lien, avec les collaborateurs.

L’intelligence collective est phygitale

Les rituels phygitaux, ce sont donc des événements internes durant lesquels même les personnes absentes ou éloignées peuvent participer. Ils peuvent participer grâce à un espace d’échange virtuel, à des votes, des sessions d’interactivité, du livestreaming, etc. C’est notamment la raison pour laquelle Beeshake permet la diffusion de vidéos en direct, directement sur la plateforme. Ainsi, les absents peuvent voir le live comme s’ils y étaient, et surtout, poser leurs questions à leurs collègues, aux organisateurs ou aux speakers, directement sur la plateforme. Ils peuvent aussi, à distance, participer à des sessions de travail ou faire partie de communautés spécifiques. Bref, que votre rituel soit grand ou petit, grâce au digital, la distance n’est plus un frein à la collaboration et au partage d’intelligence.

[LIRE AUSSI : Karine Boullier : l’engagement collaborateur dans la transformation

 

 

Embarquer collaborateurs intelligence collective

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *